<<< Retour à tous les articles

Interdiction de certains appareils refroidis à l’eau

Dès janvier 2018, plusieurs équipements alimentés en continu par l’eau potable de la ville seront interdits. Si vous êtes propriétaire d’un commerce ou même gestionnaire d’un édifice résidentiel, il est possible que vous ayez à remplacer certains équipements pour éviter de vous retrouver en infraction, surtout si l’installation a été effectuée avant 2013.

Afin d’atteindre les objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable (SQEEP), plusieurs municipalités ont adopté, au cours des dernières années, une réglementation visant à limiter l’utilisation de l’eau potable dans les bâtiments de leur territoire.

C’est notamment le cas de la ville de Montréal qui a décidé de s’attaquer aux appareils dont le fonctionnement requiert un grand volume d’eau dans les bâtiments industriels, commerciaux et institutionnels (bâtiments ICI) de son territoire (RGC 13-011).

(Une réglementation semblable [RGC 13-023] vise les immeubles résidentiels munis d’un système de climatisation raccordé à l’eau de la ville.)

Terminé le refroidissement à l’eau en continu

Ce règlement vise en premier lieu tous les systèmes de refroidissement à l’eau réputés pour le grand volume d’eau qu’ils consomment. Il peut s’agir par exemple des réfrigérateurs utilisés dans les épiceries ou les dépanneurs, des systèmes de climatisation centralisés des tours de bureaux, ou même de la machine à crème glacée du bar laitier du quartier.

Le Devoir rapportait en 2003 qu’une maigre part des bâtiments ICI de son territoire étaient munis de compteurs d’eau. Il était alors pratique courante pour les entrepreneurs de raccorder des climatiseurs et réfrigérateurs à l’aqueduc de la ville sans même que leurs clients en aient obtenu le permis. Un restaurateur ou un propriétaire de dépanneur pouvait ainsi économiser annuellement des milliers de dollars en équipements et en frais énergétiques. Les équipements branchés sur l’eau potable étant moins chers à l’achat que ceux offrant des technologies de refroidissement alternatives et consommaient également moins d’électricité pour le refroidissement.

Ces appareils consomment cependant une quantité d’eau faramineuse!

Le petit condenseur d’un seul présentoir réfrigéré peut facilement consommer 3000 litres d’eau par jour, en fonction de sa puissance et si sa valve de régulation est en bon état. C’est plus de 1 million de litres d’eau par année!

Autres équipements visés

En plus des appareils comprenant une unité de réfrigération, le règlement vise aussi les équipements favorisant une énorme consommation d’eau. C’est le cas notamment des urinoirs à chasse automatique raccordés à l’eau potable qui devront être remplacés par des urinoirs à chasse manuelle ou avec détecteur de présence avant.

Le règlement exige aussi qu’un lave-auto raccordé à l’aqueduc soit muni d’un système de récupération, de recyclage et de recirculation d’eau avant le 1er janvier 2018.

Solutions de rechange

Il existe sur le marché des appareils fonctionnant à l’air ou qui sont munis d’une boucle de recirculation d’eau. La première option est de remplacer tous les équipements concernés.
On peut cependant aussi adapter les équipements ou la gestion de l’eau du bâtiment pour rendre l’utilisation conforme à la réglementation.

Contactez un expert dans la gestion de l’eau du bâtiment dès aujourd’hui pour discuter avec lui des solutions qui s’offrent à vous. Vous pourrez ainsi mieux planifier cette transition et, ce faisant, économiser beaucoup sur le processus.

Pour en savoir plus :